LES APPRENTISSAGES AUTONOMES

Au cours de ses premières années, un enfant apprend à parler, marcher, courir, mais il apprend aussi les règles d’usage pour manger et vivre en société, à gérer ses émotions, à vivre avec d’autres que sa mère et son père. Et tout cela, il l’apprend seul ! Cela ne lui est pas enseigné. Aucun adulte ne prendra du temps et de la peine à enseigner à un enfant de plus de 12 mois à se tenir debout puis à marcher parce que le moment est venu. Les adultes entourant l’enfant le laisseront accéder à cette étape de vie à son rythme. Et le jour où l’enfant cherchera à se déplacer en marchant debout c’est parce qu’il en aura envie, parce que cela correspondra à un besoin intrinsèque. Ses / Ces apprentissages résultent d’une observation, d’une immersion dans un environnement vivant. Ses / Ces divers apprentissages sont autonomes.

Selon nous, il en est de même pour les apprentissages scolaires ou académiques. Dans notre société, lire et écrire sont primordiaux pour échanger, pour s’exprimer, pour s’informer, pour se divertir. Les enfants aiment écouter des histoires. Cependant, arrive un âge où chaque enfant a envie de lire seul, de se débrouiller par ses propres moyens pour accéder à une information, de se divertir seul. A cet instant précis, l’enfant mettra tout en œuvre pour déchiffrer et lire. Plusieurs possibilités peuvent être envisagées : demander de l’aide à un lecteur expérimenté et apprendre via une méthode (les séries de lecture Montessori ; les Alpha ; un manuel scolaire de lecture…) ; demander de l’aide à un lecteur expérimenté puis déchiffrer et mémoriser au fur et à mesure de ses propres lectures et supports ; mobiliser tous les acquis entendus, observés depuis le début de sa vie et se lancer ! Peter Gray traite de ces apprentissages autonomes de la lecture mais aussi des mathématiques dans deux articles, traduits par Antoine Guenet de l’Ecole Autonome, « Les enfants apprennent tout seuls à lire » (24/02/10, Psychology Today) et
« Les enfants apprennent les maths facilement quand ils contrôlent leur propre apprentissage » (15/04/10, Psychology Today).

Ainsi, nous apprenons à tout instant, chaque situation est source d’apprentissage. Apprendre est une partie intégrante de notre être, de notre développement. Nous ne pouvons pas ne pas apprendre à chaque instant. Par ailleurs, vivre pleinement sa vie d’enfant et avancer à son rythme dans un environnement riche et varié n’est pas un frein aux apprentissages académiques standards, puisque l’enfant se tournera vers ces apprentissages scolaires quand cela répondra à un besoin précis.

« Comment la formation académique précoce retarde le développement intellectuel » (Peter Gray 03/06/15 Psychology Today)